Rechercher
  • L'Equipe Les Lauréats

La toge de gospel

Au début des années 1930, alors que les diplômés américains ont adopté depuis de nombreuses années le port de la toge, le mouvement musical du gospel se répand dans les églises afro-américaines désireuses de renouer avec la tradition du « negro spiritual ». Déclinaison directe de l’aube, longue robe de tissu blanc portée par les prêtres, la toge gospel va peu à peu s’imposer comme la tenue traditionnelle des chanteurs de ce style musical religieux. Rappelons qu’en anglais, la robe de gospel se dit « choir robe », soit la robe de chœur – le chœur étant l’emplacement derrière l’autel ou se tiennent les choristes.

Du blanc, symbole de pureté, la tenue de gospel a depuis évolué en termes de couleur ; il n’est pas rare de voir des formations de gospel porter des robes bleues, rouges, noires, vertes, jaunes ou encore mauves. Cependant, dans un groupe, tous les membres se doivent de porter la même toge de gospel : le code vestimentaire est aussi essentiel que celui qui régit le chant. Indissociables dans la même tenue gospel, tous doivent donner la sensation de chanter d’une seule voie.

Aux Etats-Unis, à partir de la seconde moitié du XXe siècle, le gospel est sorti des lieux de culte pour devenir un genre musical populaire et commercial. Toges ou robes disparaissent alors au profit de tenues plus « légères » portées par des chanteuses de soul et de R’n’B, pour qui le gospel demeure profondément enraciné dans leurs influences.

En France, le premier groupe de gospel, les Compagnons du Jourdain, s’est constitué en 1947, à Paris, par des hommes qui ne portaient cependant pas de robes gospel mais des chemises blanches et des pantalons noirs. Cependant, dans les années 1990, le gospel va connaître une grande popularité au sein des communautés religieuses venant d’Afrique, des Antilles ou des Caraïbes qui, à leur tour, adopteront leurs propres codes et tenues de gospel.


1,739 vues

Posts récents

Voir tout

© 2020 Les Lauréats